MUTEK 2008

Billet de gestionnaire | paru le 14.05.2008 | catégorie : Événements

Voici ce que je vais voir/écouter à Mutek, dans deux semaines.

Pour la première fois, j’assisterai à un spectacle assis de la programmation de Mutek, le mercredi au Théâtre du Nouveau Monde. S’y produiront Murcof et Nicolas Bernier. Murcof crée de la musique riche et introspective. La meilleure que je connaisse pour travailler avec des écouteurs. Nicolas Bernier, artiste issu de la scène électro-acoustique montréalaise, a composé pour l’occasion une pièce pour violons et violoncelles intitulée Les arbres. Un spectacle à écouter les yeux fermés.

Le lendemain à la SAT, les artistes qui m’inspirent sont Christian Vogel et Sleeparchive. À la fin des années quatre-vingt-dix, j’ai apprécié les percutantes productions de Christian Vogel sur l’étiquette Tresor, de Berlin. Quelques années plus tard, j’ai vu une de ses prestations au sein d’un groupe dont le nom m’échappe, dans le cadre du festival Elektra. J’ai bien hâte d’entendre de quel côté il navigue ces temps-ci. Sleeparchive, c’est la quintessence du techno hypnotique, sombre et profond. Un spectacle à danser les yeux fermés.

Pour le grand bal du samedi au Métropolis, mon cœur penche du côté de Noah Pred et de Radioslave. Noah Pred est un prolifique artiste originaire de la côte ouest qui a toutes les qualités des gens de cette région. J’ai eu la chance d’entendre un de ses dj sets inspirés lors d’un loft-party que j’ai organisé en 2002. Il produit du tech-house que je qualifierais d’aquatique. Il ouvre la soirée à 22 h, arrivez tôt. Dans le monde des remixes, si 2005 a été l’année de Tiefschwarz, et que 2006 a été l’année de Trentemøller, 2007 a définitivement été l’année de Radioslave. Il a prèté son grand talent à une multitude d’artistes, ajoutant à leurs pièces sa touche démente. Ses derniers disques sont toujours dans ma boîte quand je joue tard. Un spectacle à danser les yeux ouverts, parce que le samedi soir à Mutek, il y a du très beau monde qui danse aussi.

Bon festival!

Commentez  

Aucun commentaire

Commentez